• Louise

Impact de l'élevage sur l'environnement (3/8)

Dernière mise à jour : juin 24


Un sujet pas aussi simple qu'on aimerait nous le faire croire


Dans les médias ou sur internet, on ne va pas se mentir, l'élevage est accusé de tous les maux. On en dépeint un tableau très noir et on en viendrait presque à culpabiliser de manger de la viande. La réalité, n'est cependant pas aussi simple qu'on aimerait nous le faire croire. Certes, l'élevage a un impact négatif sur notre environnement et doit profondément revoir son modèle. Jean-Louis Peyraud explique d'ailleurs que réduire cet impact est le plus grand défi que le secteur ait à relever. Mais l'élevage rend aussi d'énormes services environnementaux, qui sont trop souvent mis sous couvert. Jean-Louis Peyraud, dans son rapport, va jusqu'à expliquer que l'élevage est le problème d'aujourd'hui mais sera une des solutions de demain. Nous allons tâcher, dans cette partie de vous expliquer pourquoi.


Les effets négatifs de l'élevage sur l'environnement

Quelques chiffres

Nous allons d'abord démarrer par une mise en perspective en regardant les émissions de gaz à effets de serre (GES) par secteur en Europe (étude datant de 2017) :

  • Secteur industriel : 38%

  • Transports : 21%

  • Secteur du tertiaire : 12%

  • Secteur agricole : 10%

Plusieurs réflexions me viennent quand je vois ça.

  • D'une part, 10% d'émission de Gaz à effet de serre (GES) pour l'agriculture, c'est toujours trop on est bien d'accord. Mais ces GES sont émis par un secteur qui est là pour nous permettre de manger. C'est surement celui qui a la mission la plus essentielle et c'est pourtant celui qui en produit le moins. Les problèmes prioritaires sont peut-être ailleurs. Mais qu'on soit bien d'accord, ça n'empêche pas le secteur agricole de faire sa mue et de remplir les objectifs qu'il s'est fixé.

  • D'autres part, on va le répéter et le re répéter, il est complètement faux de dire que le secteur agricole émet autant de GES que le secteur des transports. Cette information est venue de manière erronée d'un rapport de la FAO en 2006. Ils avaient en fait pris en compte toutes les activités autour de l'élevage (transports des animaux, usines de transformations...) alors que sur les transports ils n'avaient pas compté les activités annexes comme l'extraction du pétrole par exemple ! On comparait donc des choux et des carottes. La FAO a fait un communiqué de presse pour démentir l'information et s'excuser mais c'était trop tard, le mal était fait. J'ai encore entendu une personnalité utiliser ce chiffre il y a quelques jours sur un Podcast...


Maintenant qu'on s'est dit ça, l'élevage impacte négativement l'environnement en produisant du méthane, du protoxyde d'azote et du dioxyde de carbone. Les bovins sont les plus gros contributeurs (37% des émissions pour la viande et 19,8% pour le lait). Il impacte ainsi la biodiversité, la qualité de l'air et la qualité des eaux.