• Louise

Le suicide, fléau du monde agricole

Dernière mise à jour : févr. 11


Cette semaine, j'ai traité un thème beaucoup moins joyeux que d'habitude dans le Podcast : le suicide paysan.

J'ai eu la chance de recevoir Karoll Petit, photographe de la région d'Angers, pour discuter de ce sujet tabou pendant bien trop d'années.

photo karoll Petit suicide agriculteurs

Le travail de Karoll sur le suicide paysan

Karoll travaille sur ce sujet depuis maintenant plus de deux ans. Elle part à la rencontre des familles touchées par cette tragédie pour recueillir leurs témoignages et prendre en photo une chaise vide à l'endroit où l'agriculteur passait le plus de temps. Vous pouvez trouver ses œuvres ici.

En complément de ce travail, Karoll rencontre également des agriculteurs qui ont failli passer à l'acte mais qui en sont revenus, pour ici encore relater leur histoire et les prendre en photo à l'endroit fétiche de leur exploitation.


Karoll a rencontré 12 familles et compte poursuivre son travail. Elle est d'ailleurs toujours à la recherche de témoignages (si certains veulent contacter Karoll dans ce cadre, vous pouvez le faire ici).

Son travail est saisissant. Sur cette chaise vide au milieu de la ferme, il manque quelqu'un. L'agriculteur manque à sa famille bien sûr, mais il manque aussi à la société et particulièrement à nous, consommateurs. Les agriculteurs ne représentent plus que 3% de la population. Seuls 3% d'entre nous travaillent à nourrir toute la tribu. Et il semble qu'une partie de cette population souffre d'un malaise profond. Comment en est-on arrivé là ? Quelle est l'ampleur de ce phénomène ? Quelles sont les raisons qui poussent nos agriculteurs à commettre l'irréparable ? Je vous partage ici quelques éléments de réponses que j'ai pu trouver lors de mes recherches pour préparer l'interview et en échangeant avec Karoll lors de notre discussion sur le Podcast. Merci également à France Agricole qui a mis à ma disposition